Image 001Le Mac Pro original est un ordinateur de classe WorkStation de 64 bits, conçu avec la limitation malheureuse d'un EFI 32 bits. Le modèle, utilisé dans cet article, est le Mac Pro original 1,1 (A1186) de 2006. Les MacPro 1,1 et 2,1 sont similaires sur le plan architectural. Cependant, le modèle de 2006 utilise deux processeurs à double cœurs tandis que le modèle de 2007 utilise quant à lui, deux processeurs à quatre cœurs, tous deux basés sur les versions serveur des puces Intel Core 2. J'utilise la version 2006, qui dispose de deux processeurs Intel Xeon 5160 «Woodcrest» pour un total de quatre cœurs. Apple a cessé de publier des mises à jour OS X pour cet ordinateur en 2011. Le système OS X 10.7 Lion étant la version finale prise en charge. Il existe des solutions de contournement (que j'explique dans cet article) pour utiliser les versions suivantes d'OS X jusqu'à la version OS X 10.11 El Capitan. Un concept similaire est utilisé pour installer les nouvelles versions d'ESXI. Jusqu'à la version 6 Update 2. Faire fonctionner les nouvelles versions d'OS X sur ces anciens Mac Pro fonctionne assez bien, tant que vous disposez des mises à niveau matérielles nécessaires, qui incluent une carte vidéo plus récente, une quantité de mémoire suffisante et éventuellement des cartes Wi-Fi et Bluetooth plus récentes. 

Comme les anciennes versions d'OS X, les anciennes versions d'ESXi s'installent et démarrent sans problème sur les anciens Mac Pro. Mais à un moment donné, ESXI a cessé d'être pris en charge sur ces modèles de Mac, en raison d'un nouveau système de fichiers utilisant un EFI 64 bits. Cependant, même s'il a presque 14 ans, le Mac Pro de 2006 possède toujours deux processeurs Xeon de quatre cœurs chacun (et les deux processeurs combinés ont la même puissance de calcul qu'un seul processeur Core i7 de l'ère «Sandy Bridge»), et est capable d'embarquer 32 Go de RAM, plus quatre disques durs. Cet ordinateur est plus que digne d'être utilisé en laboratoire et pourrait certainement servir à d'autres fonctions (comme un serveur multimédia domestique ou un NAS). De plus, si l'on exécute ESXI, il n'est plus nécessaire d'utiliser une carte vidéo, ce qui libèrera un emplacement PCI-e supplémentaire.

Pour que ESXi 6.0 puise s'exécuter sur cet ancien Mac Pro, vous avez besoin des fichiers de démarrage 32 bits d'une ancienne version d'ESXi. Le processus consiste à créer une installation d'ESXi 6.0, puis à remplacer quelques fichiers. Vous trouverez les fichiers à télécharger en bas de cet article. 

Pour réaliser cela, on commence par extraire le disque dur du Macpro (celui de 2006) et on le connecte à un Mac plus récent (MacPro (5,1) de 2010. Il est possible d'utiliser plusieurs méthodes de connexion comme l'USB, FirewWire 400 ou 800 etc... Pour ma part, j'effectuerai l'installation de ESXI sur un SSD de 120Go connecté à un adaptateur USB vers Sata. Ce dernier était fourni avec un SSD Samsung.

Image 002Image 003
Le SSD 120Go de chez LDLC.

Image 004Image 005
Le SSD connecté à un MacPro de 2010.

On commence par se connecter sur le site de VMware afin de télécharger la version ESXI 4.0 update 2 au format ISO. Vous aurez besoin pour cela de créer un compte afin d'accéder à la liste des téléchargements. La version que l'on obtient est valide 60 jours. Ce qui est largement suffisant pour effectuer les essais d'installation sur votre vieux MacPro.

Image 006
La liste de téléchargement.


Une fois le téléchargement effectué, on conçoit une nouvelle machine virtuelle avec VMWare Fusion de la manière suivante :

Image 007

Image 008Image 009

Image 010Image 011

Image 012Image 013

La machine virtuelle démarrera automatiquement mais ne trouvera pour le moment, aucune ISO pour démarrer.

Image 014
La machine virtuelle est créée.

On spécifie maintenant l'emplacement du fichier ISO dans les réglages puis on redémarre la machine virtuelle.

Image 015


Image 016

Le démarrage de la machine virtuelle s'effectue.

Image 017

Image 019Image 020

Image 021Image 022

Image 023Image 024

Image 025

ESXI demande sur quel disque il doit être installé. C'est ici que tout se passe. On connecte le disque USB à la machine virtuelle.

Image 026

Image 027

On appuie sur la touche «F5» afin de demander à l'ESXI d'actualiser la liste des disques connectés.

Image 028
La liste contient le disque SSD de 120Go.

On sélectionne ce disque, et on procède à l'installation de l'ESXI.

Image 029Image 030

Image 031Image 032

Image 033Image 034

Image 035


On arrête la machine virtuelle et on quitte Vmware Fusion. On voit apparaitre alors sur le bureau les différents volumes créés par l'ESXI lors de son installation.

Image 38
Les volumes apparaissent sur le bureau.

Cependant, tous les volumes ne sont pas affichés. Pour visualiser tous les volumes créés sur ce disque, on utilisera la commande suivante dans le Terminal d'Apple.

diskutil list

Image 036
Le disque recherché disk5.

On recherche l'identificateur de l'EFI ESXI dans la liste. dans la liste, il s'agit du «disk5s1».

Image 037
L'identificateur disk5s1.

On monte maintenant cette partition avec la commande suivante :

sudo diskutil mount /dev/disk5s1

Image 039
On monte la partition ESXI.

La partition est montée.

Image 040
La partition est montée.

Le but maintenant, est de remplacer certains fichiers de cette partition par ceux fournis en téléchargement à la fin de cet article.

/Volumes/ESXi/EFI/BOOT/BOOTIA32.EFI
/Volumes/ESXi/EFI/BOOT/BOOTx64.EFI
/Volumes/ESXi/EFI/VMware/mboot32.efi
/Volumes/ESXi/EFI/VMware/mboot64.efi

Démontez ensuite le disque physique avec la commande suivante :

diskutil unmountdisk /dev/disk5

Image 041
On démonte le disque Disk5.

Il suffit maintenant d'insérer le disque à son emplacement habituel dans votre ancien MacPro. C'est maintenant à vous de jouer !

Image 042
L'ESXI en fonctionnement sur le MacPro.

Lorsque les paramétrages réseau auront été effectués, l'ESXI redémarrera. Il sera alors possible d'accéder à l'ESXI par l'intermédiaire de son interface web de l'ESXI.

Image 043Image 044

Image 045
Accès à la console web de l'ESXI.

En ayant ESXi installé sur un Mac Pro, vous pouvez installer des machines virtuelles OS X sans nécessiter la solution de contournement «VMware Unlocker». De plus, avec quatre emplacements PCI-e, vous pouvez ajouter des éléments tels que des adaptateurs de bus hôte Fibre Channel, des cartes réseau multi-ports, des cartes USB 3.0, etc...
Cependant, l'inconvénient d'utiliser un Mac Pro 1,1 ou 2,1 aujourd'hui, est sa consommation d'énergie et la chaleur qu'il dégage. Cela est dû à deux éléments principaux : les CPU et la mémoire. Ces deux éléments sont considérés comme horriblement inefficaces et gourmands en énergie selon les normes actuelles. Les deux CPU ont chacun un TDP (Thermal Design Power) de 150 Watts. Presque tous les processeurs Intel Xeon, produits aujourd'hui (même les plus chers), fonctionnent avec des températures beaucoup plus basses que cela. L'autre coupable est la mémoire (PC5300 DDR2 ECC FB-DIMM).

Image 046Pour donner un exemple, j'ai branché mon Green Blue GB202 pour vérifier la puissance utilisée par le MacPro. Je pensais que l'encombrante carte vidéo ATI Radeon HD 4870 serait la plus énergivore. Cela s'est avéré complètement faux. Le MacPro au repos, avec sa carte vidéo et un seul disque dur consomme environ 260W. Si on retire la carte vidéo, la puissance tombe seulement à 245 Watts. Par contre, si l'on extrait 24 Go de mémoire (on ne garde que 2 barrettes de 2 Go chacune) la puissance tombe à 165 Watts. Cela signifie donc que les FB-DIMM consomment à eux seuls environ 90 Watts. Je vous laisse à vos calculatrices afin de connaitre le coût journalier. Pour information, le serveur principal d'une entreprise dans laquelle j'interviens en ce moment, qui héberge deux Nehalem Xeons Quadricœurs, 48 Go de RAM (6 x 8 Go de DIMM DDR3) et 12 disques durs, utilise une puissance au repos totale de 250 Watts . Un ordinateur de bureau moderne classique consomme probablement moins de 100 Watts.
L'inconvénient le plus embêtant, en ce qui concerne l'utilisation en laboratoire, est que les processeurs de ces modèles de Mac, bien qu'ils prennent en charge Intel VT-x, ne prennent pas en charge l'EPT, qui a été introduit dans la microarchitecture suivante d'Intel. Nehalem pour ne pas la citer. L'EPT (Extended Page Tables), également connu sous le nom de SLAT, Second Level Address Translation, est ce qui permet l'imbrication d'hyperviseurs. Cela signifie que vous ne pouvez pas exécuter VIRL de Cisco sur ces modèles MacPro.

Donc, pour moi, faire revivre un ancien Mac Pro est bon pour mes laboratoires, et je l'éteins lorsque je ne l'utilise pas afin d'économiser de l'énergie. Cela me semble plus approprié d'utiliser cette technologie de cette manière.


Téléchargement

MacPro EFI 32 Bits